Archives d'Abbadia - Notice de document numérisé : Lettre à Eliza Glais-Bizoin (1864)
URL de la page : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_114.htm
Date d'impresssion : 22/09/2019
< Quitter la version imprimable
> Imprimer

Bouton A + Bouton A - Bouton R
logo
Chercheurs
Version imprimable
Notice de document numérisé

Aide
Aide notices document

Lettre à Eliza Glais-Bizoin (1864)

Carte d'identité

Carte d'identité

Rubrique : Graphothèque
Toponymie : Thème : Style : Période : Datation précise : 16/09/1864
Auteur de la notice : Viviane Delpech
Mise en ligne : 07/08/2014
Mise à jour : 28/07/2014
Droits de diffusion : Communication soumise à autorisation, reproduction soumise à autorisation
Droits d'auteur : © Archives d'Abbadia/Académie des Sciences

Généalogie du document

Fonds d'appartenance : Archives du château d'Abbadia. Site d'Hendaye Nom du propriétaire du fonds : Académie des Sciences

Inventaire d'appartenance : Volume de copies de lettres L Référence inventaire d'appartenance : Volume de copies de lettres L

Détails sur le document

Référence : Volume de copies de lettres L, fol. 337
Auteur : Antoine d'Abbadie
Description physique : Correspondance
Format du document : non renseigné
Langues du document :

Description du document

Présentation

Antoine d'Abbadie rédigea cette lettre en septembre 1864 à l'attention de sa soeur aînée Eliza, mariée à l'homme politique Alexandre Glais-Bizoin, dont il demande quelques nouvelles. Le savant y aborde des sujets relativement divers et relevant de la vie intime familiale. 

Ce document a été écrit quelques semaines avant le mariage de leur frère Arnauld avec une jeune femme américaine, convertie au catholicisme, nommée Elizabeth West-Young. A ce stade, Arnauld laisse peu d'informations circuler sur ses intentions, ce qui suscite de nombreuses interrogations de sa fratrie. 

D'Abbadie évoque également les aménagements paysagers de son domaine, sujet dont il avait l'habitude de traiter avec son beau-frère qui, dès le début des années 1850, lui dispensait souvent des conseils. Le savant est, à ce moment précis, désespéré de l'état des voies de communication dont il avait financé les réparations et l'entretien. 

Cette lettre témoigne enfin des relations affectueuses liant Antoine d'Abbadie et sa soeur aînée Eliza, qu'il considérait comme sa confidente. L'impatience et la curiosité concernant les agissements d'Arnauld laisseront rapidement place à un conflit motivé par le respect drastique de la morale chrétienne et des codes de l'Ancien régime. Les relations avec Eliza, quoique toujours existantes, seront, en outre, assombries par les agissements de son époux concernant les questions d'héritage après le décès de leur mère Elizabeth Thompson.

Transcription

Aragorri, 1864 septembre 16

Ma chère Eliza,

J'étais absent pour donner mes prix basques annuels quand j'ai reçu ta lettre du 9. Epuisée par trop d'énergie dans Paris, ma femme est tombée malade en arrivant ici. Elle est mieux maintenant, mais pas assez pour faire 5 kilomètres à pied (distance de l'église) ni même à cheval, de sorte qu'elle est encore privée de la messe depuis son arrivée ici. L'état des chemins pour lesquels j'ai dépensé tant d'argent, de paroles, et de lettres et visites, est encore tel que notre voiture est, depuis plus d'un an, un meuble inutile. Je ne vois pas encore de solution ni d'amélioration prochaine soit pour la santé de ma femme soit pour la réparation des chemins.

Je sais en effet une partie des intentions d'Arnauld qui est à Paris, à ce qu'il paraît, et encore souffrant d'un rhumatisme subit : je voudrais savoir de tout et je suis trop loin sans doute pour en être instruit jusqu'à ce que nous nous revoyions, si même alors je serais jamais mis au courant. Du reste, ce sont ses affaires : j'en sais quelque chose mais seult [seulement] d'une façon indirecte. Je suis donc comme toi, disposé à respecter ce qu'il fait de mystère. 

Je suis sans nouvelles de Julienne et c'est par toi que j'apprends les doings [agissements] de Maman. Tu ne me dis rien d'Alexandre. Notre maison se bâtit avec la lenteur des maisons, et je reprends lentement la santé et l'activité d'esprit. Tu ne me dis non plus rien de ta santé, et j'en suis réduit aux hypothèses pour le ménage de vous. Je ne t'en aime pas moins. 

Antoine d'Abbadie

Bibliographie

  • DELPECH V., Le château d'Abbadia à Hendaye: le monument idéal d'Antoine d'Abbadie, 3 volumes, thèse de doctorat d'Histoire de l'art, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2012.

Mot-clefs

Autres Documents numerisés du même inventaireAfficher

Voir égalementAfficher

Pour citer cette notice : Viviane Delpech, "Lettre à Eliza Glais-Bizoin (1864)", in Ville d'Hendaye/DRAC Aquitaine, Archives d'Abbadia. Patrimoine du XIXe siècle [En ligne], mis en ligne 07/08/2014, consulté le 22/09/2019. URL : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_114.htm
Retour haut de page