Archives d'Abbadia - Notice de document numérisé : Lettre à Amédée de Laborde-Noguez (1864)
URL de la page : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_90.htm
Date d'impresssion : 22/09/2019
< Quitter la version imprimable
> Imprimer

Bouton A + Bouton A - Bouton R
logo
Chercheurs
Version imprimable
Notice de document numérisé

Aide
Aide notices document

Lettre à Amédée de Laborde-Noguez (1864)

Carte d'identité

Carte d'identité

Rubrique : Graphothèque
Toponymie : Thème : Style : Période : Datation précise : 21/05/1864
Auteur de la notice : Viviane Delpech
Mise en ligne : 07/08/2014
Mise à jour : 27/07/2014
Droits de diffusion : Communication soumise à autorisation, reproduction soumise à autorisation
Droits d'auteur : © Archives d'Abbadia/Académie des Sciences

Généalogie du document

Fonds d'appartenance : Archives du château d'Abbadia. Site d'Hendaye Nom du propriétaire du fonds : Académie des Sciences

Inventaire d'appartenance : Volume de copies de lettres L Référence inventaire d'appartenance : Volume de copies de lettres L

Détails sur le document

Référence : Volume de copies de lettres L, fol. 243.
Auteur : Antoine d'Abbadie
Description physique : Correspondance
Format du document : non renseigné
Langues du document :

Description du document

Présentation

En mai 1864, Antoine d'Abbadie écrivit à Amédée de Laborde-Noguez, l'un de ses plus proches amis, afin d'échanger quelques nouvelles. Laborde-Noguez, propriétaire du château d'Haïtze à Ustaritz, était un conseiller général des Basses Pyrénées pour les factions légitimistes.

Dans cette lettre, d'Abbadie raconte les évènements de sa vie familiale, comme on le fait à l'attention d'un ami. Ainsi évoque-t-il un homme prénommé Maurice, qui désigne le contre-amiral Maurice Exelmans, oncle de Virginie d'Abbadie. Exelmans semble avoir joué de malchance avec un membre de la famille impériale, mais les deux locuteurs de la lettre étant au fait de ces évènements, d'Abbadie ne s'étend pas sur le sujet qui, pourtant, les préoccupe fortement.

Un paragraphe est en outre adressé aux avancées du chantier d'Abbadia qui vient tout juste d'être pris en main par Viollet-le-Duc. Il raconte la dernière scène ayant réuni l'architecte Auguste-Joseph Magne et le couple d'Abbadie, moment soldé en de très mauvais termes sur les réactions impulsives des uns et des autres, ce qui laisse présager du procès que l'architecte intentera quelques mois plus tard à ses anciens commanditaires. D'Abbadie se dit visiblement soulagé des premières interventions de Viollet-le-Duc qui a apporté les modifications demandées au plan avec une facilité déconcertante. Au regard de la synthétique description du projet, il est évident que Viollet-le-Duc a su cibler immédiatement les attentes de son nouveau maître d'ouvrage. 

La lettre est ensuite consacrée à un passage sur les relevés météorologiques effectués par un certain Gaston. Il s'agit de l'un des deux fils de Laborde-Noguez, auquel d'Abbadie prodiguait souvent des conseils et des enseignements savants et envers lequel il se montrait particulièrement protecteur.

D'Abbadie achève cette lettre par une analyse âpre de la société et de sa culture, où l'on sent poindre sa sempiternelle nostalgie de l'Ancien régime. La variété des sujets de ce document, du plus intime à l'idéologie presque politique, illustre les conditions de la relation de proximité, voire familiale, entretenue par d'Abbadie et Laborde-Noguez. Ce type de lettre permet de glaner des informations sur tout type de sujet, notamment sur la construction du château pour laquelle elle contribue, entre autres, à la connaissance chronologique.

Transcription

Paris, rue du Bac 104. 1864 mai 13

Mon cher ami,

A votre lettre du 4, je réponds que Maman va bien et qu'Arnauld est toujours à Florence à enfanter ce livre qui a tant duré. Après être resté deux ou 3 jours ici, Maurice est enfin venu nous voir hier. Nous étions absents et j'irai chez lui ce matin, car je ne dois pas avoir l'air de savoir ce qui s'est passé à St Bonnet.

De notre maison possible ou impossible, il ne reste pas pierre sur pierre et à peine pensée sur pierre. Notre Mansart ayant refusé qu’une tour ronde devient carrée par l’étude, ma femme s’est enfuie, et Mansart offensé en a fait autant. De cette façon nous aurons à payer un second plan non exécuté. Je me suis adressé à Viollet-le-Duc. A sa première esquisse la chapelle a été allongée et rendue méconnaissable, et les fenêtres du moins sont devenues non symétriques, ce qui me semble meilleur que l’uniformité corrélative des deux projets défunts.

Dites à Gaston, s'il est dans son jour d'incapacité que nous sommes twins in stupidity [jumeaux en stupidité], que j'ai reçu de lui la pluie tombée à Haïtze, en janvier et février, que je compte sur celle des mois suivants, et que je lui écrirai quand j'aurai pu me débarrasser de quelques lettres pressantes et difficiles à éditer. Si Gaston pouvait observer les orages en disant : tel jour il y a eu un, 2 ou 3 orages à telles heures, venu de tel côté et allé vers tel point, ce serait rendre un service à la science, car on observe guère les orages. Sur [ill.] j'ai écrit un in-4° [in-quarto]. Mes cartes avancent lentement à travers [ill.] de toute espèce. Deux paraîtront bientôt et la 5e est presque recopiée par un nouveau dessinateur car j'ai dû renvoyer l'autre après huit mois d'attente infructueuse.

Interrompu ce matin par le dessinateur, j'ai vu Maurice qui ne m'a rien dit de sa triste scène : il est venu ici ce soir et se rappelle à votre souvenir. Il rêve des projets de service actif et je ne puis que le lui souhaiter, plutôt que de recevoir à St Bonnet le prince Napoléon qui s'en va en Suisse.

De politique pas un mot pour le moment : on s’amuse à Paris beaucoup et même trop. Dans toutes les classes on semble vouloir jouir au plus vite du présent. Partout le niveau intellectuel s’abaisse, du moins chez ceux qui produisent. Il n’y a plus nulle part ni clan ni grandeur et le public intelligent semble être debout sur des ruines, comme moi sur celles de notre maison. Mes hommages à Madame de Laborde et j'embrasse les 3 autres hôtes de Haïtze. 

Antoine d'Abbadie

Bibliographie

  • DELPECH V., Le château d'Abbadia à Hendaye: le monument idéal d'Antoine d'Abbadie, 3 volumes, thèse de doctorat d'Histoire de l'art, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2012.

Mot-clefs

Autres Documents numerisés du même inventaireAfficher

Voir égalementAfficher

Pour citer cette notice : Viviane Delpech, "Lettre à Amédée de Laborde-Noguez (1864)", in Ville d'Hendaye/DRAC Aquitaine, Archives d'Abbadia. Patrimoine du XIXe siècle [En ligne], mis en ligne 07/08/2014, consulté le 22/09/2019. URL : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_90.htm
Retour haut de page