Archives d'Abbadia - Notice de document numérisé : Citations littéraires et aphorismes classiques et modernes
URL de la page : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_110.htm
Date d'impresssion : 19/04/2024
< Quitter la version imprimable
> Imprimer

Bouton A + Bouton A - Bouton R
logo
Chercheurs
Version imprimable
Notice de document numérisé

Aide
Aide notices document

Citations littéraires et aphorismes classiques et modernes

Carte d'identité

Carte d'identité

Rubrique : Graphothèque
Toponymie : Thème : Style : non renseigné
Période : Datation précise : 1845
Auteur de la notice : Viviane Delpech
Mise en ligne : 07/08/2014
Mise à jour : 26/07/2014
Droits de diffusion : Communication soumise à autorisation, reproduction soumise à autorisation
Droits d'auteur : © Archives d'Abbadia/Académie des Sciences

Généalogie du document

Fonds d'appartenance : Archives du château d'Abbadia. Site d'Hendaye Nom du propriétaire du fonds : Académie des Sciences

Inventaire d'appartenance : Carnet Des choses et non des mots Référence inventaire d'appartenance : Carnet sans titre. Première page: "Des choses et non des mots"

Détails sur le document

Référence : Carnet Des choses et non des mots, p.22-25.
Auteur : Virginie d'Abbadie
Description physique : Carnet. Manuscrit.
Format du document : 4 pages
Langues du document :

Description du document

Présentation

Ce document présente quelques pages du carnet de jeunesse de Virginie d'Abbadie, intitulé Des choses et non des mots, qui compile des extraits d'oeuvres littéraires.

Ces citations et aphorismes établissent des vérités générales destinées à brosser le portrait de l'âme humaine, sous l'égide manifeste de la pensée romantique de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, avec cette vision exaltée et fataliste de l'homme. Mais elles témoignent également d'une culture littéraire plus ancienne, inspirée par les auteurs classiques et modernes. 

Les quatre pages présentes constituent un exemple assez représentatif de l'éclectisme de ce carnet. Elles rassemblent en effet les traits d'esprit d'un auteur antique, le diacre de Constantinople Agapet, mais aussi d'un rhéteur humaniste, Montaigne, de penseurs de la philosophie des Lumières, Voltaire et Vauvenargues, ou bien de littérateurs romantiques, Goswin de Stassart ou Mme de Genlis. Tout cela renseigne sur la culture et les goûts littéraires, passés ou modernes, qui influencèrent vraisemblablement le mode de pensée et la philosophie personnelle de Virginie d'Abbadie.

Transcription

[Fin de la citation de la p.21]
C'est qu'il est vide et suffisant. 
Mme de Genlis.
---
De la tubéreuse éclatante
Le doux parfum est malfaisant
Défiez-vous âme innocente
De tout ce qui ne plaît qu'aux sens
-
Que la tulipe éblouissante
Sans parfum sans utilité
Vous soit une preuve frappante
Du peu de prix de la beauté.
Mme de Genlis.
----
A force de chercher quelque chose qui feigne
Du nouveau, du brillant ou bien du grâcieux,
On tombe dans l'obscur, le faux, le précieux
Et souvent l'orateur plus souvent le porte
[p.23]
Dans son propre pays a besoin d'interprète
Pour expliquer au lecteur
Ce qu'a voulu dire l'auteur.
Mme de G. [Genlis]
----
De ce framboisier rien n'altère
De sa feuille la pureté
Et qu'ainsi votre caractère
Comme sa stabilité.
----
En la vraie éloquence, je veux que les choses surmontent et qu'elles remplissent de façon l'imagination de celui qui écoute, qu'il n'ait aucun souvenir des mots. Un rhéteur du tems [temps] passé disait que son métier était des choses petites les faire paraître et trouver grandes.
Montaigne

[p.24]
L'espérance anime le sage et pourrit le présomptueux et l'indolent qui se reposent inconsidérément sur ses promesses.
Vauvenargues
---
La complaisance est une monnaie à l'aide de laquelle tout le monde peut [ill.] de moyens essentiels payer son écot à la société..., il faut afin qu'elle ne perde rien de son mérite lui associer le jugement et la prudence.
Voltaire
---
Si deux hommes sont unis, les besoins de tous deux ne sont pas plus grands, à quelques égards, que ne le seraient ceux d'un seul, et leurs forces sont supérieures aux forces de deux hommes séparés. L'union fait plus : quand 
[p.25]
elle est parfaite, elle satisfait les désirs, elle simplifie les besoins, elle prévient les voeux de l'imagination, elle remplace tous les biens. C'est un asile toujours ouvert et une fortune devenue constante.
De Linacour
---
Les chevaux qui piaffent le plus sont en général ceux qui avancent le moins ; il en est de même des hommes, et l'on ne doit pas confondre cette perpétuelle agitation, qui s'épuise en vains efforts, avec l'activité qui va droit à son but.
De Stassart
--- 
Quand on vit continuellement avec les méchants, on devient humainement ou leur victime ou leur disciple ; lorsqu'au contraire on fréquente les hommes vertueux, on se forme
[fin p.26: à l'imitation de leurs vertus, ou du moins on perd tous les jours quelque chose de ses défauts.
Agapet diacre
]
 

Bibliographie

  • DELPECH V., Le château d'Abbadia à Hendaye: le monument idéal d'Antoine d'Abbadie, 3 volumes, thèse de doctorat d'Histoire de l'art, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2012.

Mot-clefs

Médias associésAfficher

Autres Documents numerisés du même inventaireAfficher

Voir égalementAfficher

Pour citer cette notice : Viviane Delpech, "Citations littéraires et aphorismes classiques et modernes", in Ville d'Hendaye/DRAC Aquitaine, Archives d'Abbadia. Patrimoine du XIXe siècle [En ligne], mis en ligne 07/08/2014, consulté le 19/04/2024. URL : http://www.archives-abbadia.fr/notice_document_110.htm
Retour haut de page